Vaccin contre le mélanome

Introduction

Le vaccin contre le mélanome est une thérapie nouvelle et prometteuse pour cette tumeur. Ce médicament est commercialisé aux États-Uniset peut être importé par l’AOI Center, comme première clinique oncologique vétérinaire en Europe, pour l’utilisation sur nos patients. Ils’agit d’une forme thérapeutique complètement nouvelle qui nous permet de mieux contrôler le mélanome du chien et de prolonger sensiblement la durée de survie des patients. Ce vaccin est désormais utilisé aussi chez le cheval.

Comment agit le vaccin contre le mélanome ?

Le vaccin active le système immunitaire du patient avec le but d’éliminer la tumeur. Le vaccincontient une protéine, la tyrosinase. Celle-ci ressemble à une protéine qui est localisée sur la surface des cellules du mélanome. Après l’activation du système immunitaire provoquée par le vaccin, le corps reconnaît ces protéines sur les cellules du mélanome et peut ainsi le détruire d’une manière ciblée.

Quelle influence a le vaccin sur la durée de survie des patients ?

Une étude conduite aux États-Unis a montré que les patients qui reçoivent le vaccin contre le mélanome en plus des thérapies classiques ont une durée de survie plus longue, avec une valeur moyenne de 389 jours. Dans le cas idéal, la durée de survie peut être prolongéejusqu’à deux ans.

Comment le vaccin contre le mélanome est- il utilisé ?

La vaccination est appliquée dans la peau quatre fois à des intervalles de deux semaines. Après, un rappel tous les six mois est néces- saire (effet « booster »). On conseille de contrôler les valeurs du sang 1 à 2 mois après la dernière injection pour surveiller l’état de santé dupatient.

Pourquoi est-il nécessaire d’appliquerquatre vaccins à la suite ?

La réponse immunitaire devient plus forte après chaque dose de vaccin et est ainsi capable de détruire la tumeur. Les rappels tous les six mois sont nécessaires a fin de « rafraîchir la mé- moire » du système immunitaire et de garder les cellules tumorales sous contrôle.

Comment peut-on optimiser la thérapie avec le vaccin ?

Avant de commencer avec la vaccination, nous conseillons un traitement local de la tumeur (chirurgie ou radiothérapie) pour optimiser la thérapie et obtenir de meilleurs résultats. La radiothérapie se déroule normalement enquatre fractions à des intervalles d’une semaine. L’ordre des thérapies peut être déterminé individuellement pour chaque patient, il est donc possible d’appliquer la première dose de vaccin déjà pendant la radiothérapie.

Quels sont les effets secondaires possibles ?

Le vaccin est généralement très bien toléré.

 

Dans des très rares cas, une légère fièvre et une sensation de malaise peuvent apparaître pendant un jour au maximum. A l’endroit de l’injection peut apparaître une légère enflure qui ne dure normalement pas plus que 1-2 jours.

Quelles sont les chances de succès du vaccin contre le mélanome ?

Il y a environ 50% de chances que le système immunitaire réagisse à la vaccination et combatte la tumeur. Malheureusement, il n’existe aucune garantie ni des indications qui puissent nous aider à estimer les probabilités de succès chez un patient spécifique.

Est-ce que le vaccin est douloureux ?

Le vaccin est administré à l’aide d’un applicateur spécial qui le distribue sous forme de très petites gouttelettes dans la peau de l’animal, en appliquant une pression. La plupart des patients sont effrayés par le bruit qui fait l’applicateur, mais l’injection n’est pas plus douloureuse qu’une normale vaccination.

Est-ce que le vaccin contre le mélanome est efficace sur des métastases déjà présentes ?

La vaccination peut influencer les métastases déjà présentes seulement dans des rares cas. Plus précocement l’on diagnostique un mélanome, plus efficace sera la thérapie et par conséquent meilleur le pronostic pour le patient.

Quels sont les coûts d’un protocole de vaccination contre le mélanome ?

Le vaccin contre le mélanome est un médicament très spécialisé et les coûts de production et de recherche sont hauts. Par conséquent, aussi les coûts de la thérapie sont importants. Il faut calculer environ 2200 CHF, auxquels se rajoutent éventuellement les coûts pour les autres thérapies (chirurgie ou radiothérapie).

© AniCura, AOI